Benchmark : définition, importance et mise en œuvre

Le benchmark ou benchmarking figure parmi les meilleures méthodes d’analyse de la concurrence. Il est utilisé en effet pour identifier les points forts des concurrents, mieux connaître le marché afin de définir des axes d’amélioration. Il répond aux différentes problématiques des sociétés commerciales. Quelle est la définition de benchmark ? Quels sont ses avantages ? Comment la mettre en pratique ? Retrouvez l’essentiel sur le sujet ici.

Benchmark : une technique marketing fiable pour étudier la concurrence

Benchmark désigne une expression anglaise qui signifie référence, repère ou étalon en français. Développée dans les années 80, cette technique marketing s’articule autour de l’analyse comparative. Les entreprises s’en servent pour étudier et analyser d’autres entreprises concurrentes.

Le but d’un benchmark est de favoriser une optimisation des techniques de gestion et modes d’organisation. Pour ce faire, il analyse le secteur managérial, commercial ou marketing d’une enseigne.

De façon concrète, cette technique est utilisée pour observer la concurrence sur un produit ou un service. Ensuite, elle analyse les résultats et les compare avec ce qui se fait dans une entreprise. Cela permet de comparer cette dernière avec ce qui existe dans son secteur d’activité. Son but étant d’améliorer les performances d’un service, d’un produit ou d’une marque.

Quelle est l’importance d’un benchmark ?

Plusieurs raisons peuvent pousser une entreprise à réaliser un benchmark. En premier lieu, la mise en œuvre de cette technique permet d’améliorer sa productivité et sa compétitivité grâce à des pratiques fiables. En second lieu, il est utile pour préparer le lancement d’un nouveau produit ou service.

L’utilisation de cette méthode marketing vise à s’inspirer d’autres pratiques pour rendre plus performantes celles de sa société. Sa réalisation permet de :

  • Connaître le positionnement, les points forts et les points faibles de ses concurrents ;
  • Définir les critères favorisant la productivité et l’efficacité ;
  • Déterminer les meilleures entreprises dans son secteur d’activité ;
  • Réaliser un résumé des meilleures techniques ;
  • Avoir une vision générale du marché et de ses tendances ;
  • Bien connaître la concurrence ;
  • Réaliser un plan d’action au niveau de l’établissement, pour mettre en œuvre ces Best practices et optimiser la performance de la société.

Les différents types de benchmark

Il existe 4 types de benchmark. Les voici :

Le benchmark concurrentiel ou compétitif

Ce type de benchmark s’utilise pour analyser les concurrents directs d’une entreprise. Il s’agit des enseignes positionnées dans le même métier et sur le même secteur d’activité.

Le benchmark interne

Il consiste à réaliser un comparatif de la productivité de divers services internes d’une entreprise du même secteur d’activité. Son but est d’identifier les méthodes d’optimisation de son activité.

Le benchmark fonctionnel

Il est utilisé pour analyse une fonction précise du service après-vente. Pour ce faire, le benchmark fonctionnel utilise les entreprises les plus productives comme élément de comparaison.

Le benchmark générique ou horizontal

Cette technique se base sur une analyse comparative des processus et techniques de travail. Pour ce faire, elle collecte les meilleures pratiques de son domaine pour améliorer ses produits ou services.

Par ailleurs, il faut faire la différence entre les benchmarks précis et les benchmarks globaux. Ces derniers font une analyse à 360 ° alors que les premiers sont centrés sur un service, une fonction ou encore un métier précis.

Comment mettre en œuvre cette technique ?

La mise en œuvre d’un benchmark se déroule en plusieurs étapes.

Le choix des facteurs du benchmark

Cette étape consiste à faire une auto-analyse pour savoir ce que l’entreprise recherche. Cette analyse peut être consignée par écrit dans un outil de travail collaboratif ou dans un cahier de charge.

Choisir les entreprises à évaluer

La seconde étape d’un benchmark consiste à sélectionner les structures reconnues et performantes dans son domaine d’activité. Cela permet d’analyser son savoir-faire, sa communication, sa productivité, ses stratégies de ventes, etc.

Collecter les données

Pour la collecte de données, il faut utiliser les avis des clients en ligne, les réseaux sociaux, les conditions générales de vente et la presse. Toutefois, il faut toujours privilégier des sources d’informations fiables.

Comparer les données collectées

Cette étape consiste à analyser et comparer les données recueillies avec ses propres méthodes de travail. L’entreprise peut utiliser une feuille de calcul pour bien réaliser cette tâche.

Mettre en place un plan d’action

C’est le but d’un benchmark. Pour ce faire, il faut utiliser les résultats obtenus pour faire ressortir les meilleures pratiques des concurrentes. Ces idées sont à formuler sous forme de plans d’action. Ces derniers sont à communiquer à tous les collaborateurs.

Benchmark : définition, importance et mise en œuvre

Rédacteur web depuis de nombreuses années, Je suis avant tout un passionné du monde de l’entreprenariat. Je dispose de bonnes connaissances SEO, et mets mes compétences rédactionnelles au service de sujetsB2B d’actualité et pertinents.